HOMMAGE ET ADIEU A UN COMPAGNON DE LUTTE ELPIDIO KOKOU MAWULAWOE KONDO dit PIPI

 

Alors que la lutte pour la démocratie n’est pas achevée, notre ami, frère et compagnon de lutte ELPIDIO KOKOU MAWULAWOE KONDO dit PIPI, pour les intimes, vient de nous quitter.

PIPI fut de ceux qui ont lutté à nos côtés pour la démocratie, et qui, après la remise en cause du système autocratique en octobre 1990, au Togo, n’a pas cessé de se battre pour l’instauration de la démocratie et le respect des droits humains dans notre pays et ailleurs en Afrique.

Pour ces raisons, le Premier Secrétaire et les membres de la CDPA-BT  se font le devoir de faire une brève histoire du militant Pipi, pour permettre à ceux qui ne le connaissent pas de savoir ce qu’il fut, et à ceux qui le connaissent de lui rendre l’hommage que méritent tous ceux qui se sont sacrifiés pour la liberté et la dignité des Peuples africains en général et togolais en particulier.

Notre respectueux hommage à PIPI.

Une gentillesse infinie, une modestie sans bornes, une moralité inattaquable, une abnégation à toute épreuve… caractérisent PIPI dont la disparition attriste tous ceux qui le connaissent bien.

PIPI est un jeune homme rempli d’amour pour son prochain. Aussi, la défense des droits humains et l’aide à ceux qui en ont besoin, furent ses préoccupations constantes, tout au long de sa vie. Pour ces raisons également, tout ce qui concerne la vie de la cité, le progrès du pays et des conditions d’existence de ses concitoyens, la liberté, la justice sociale, la vérité… sont parmi les objectifs essentiels de sa vie.

Est-ce par une modestie devenue aujourd’hui chose rarissime dans notre pays que PIPI s’est-il toujours interdit de s’afficher à tout bout de champ comme un homme important ? Son parcours professionnel montre bien, depuis sa venue en Allemagne, très jeune, combien il fut apprécié par son employeur. Pipi n’est donc pas un Monsieur-tout-le-monde. Il sort au contraire du commun à tous les points de vue. Sa grande modestie en fait un jeune homme respectable estimé et aimé de tous.

Pour un Togo qu’il faut bâtir afin qu’il y fasse bon vivre de génération en génération, pour un pays qu’il faut faire progresser pour le bien de tous, pour des citoyens qu’il faut traiter comme des humains qu’ils sont, pour des hommes et des femmes qu’il faut conduire dans la justice et dans la vérité…, PIPI a fait de ces objectifs et de ces principes les fondements de sa vie de tous les jours, et il s’est impliqué corps et âme dans la lutte pour le changement du pays, et par ailleurs dans la vie politique en Allemagne, avec la forte détermination de contribuer à les traduire dans les faits pour le bien de tous. Pour prendre un raccourci tout à fait juste, PIPI a sacrifié sa vie pour le Togo.

Sans doute, n’est-il pas le seul à porter cette croix avec une grande fierté et un désintéressement total. Mais il est de ceux qui l’ont fait avec la fermeté et la constance d’un homme d’action qui poursuit un but.

Malgré les douloureuses péripéties de sa vie (sa maladie et autres…), PIPI a refusé de se détourner de ses convictions politiques.

PIPI s’est d’autant plus impliqué dans les revendications d’un Togo libre, un Togo véritablement indépendant, un Togo tendu vers le progrès pour la prospérité du pays et le bonheur de tous les citoyens, un Togo qui rend les conditions de vie meilleures pour tous ses habitants, d’où qu’ils sont et d’où qu’ils viennent… Ces revendications allaient tout droit dans la vision qu’il s’est toujours faite de son pays natal.

Cette vision généreuse va conduire PIPI à s’engager dans la CDPA-BT, après avoir pris conscience, à la réunion de Bayreuth, de la nécessité de créer le MFAO (Mouvement de la Force Alternative d’Opposition), une organisation politique de lutte que propose la CDPA-BT.  PIPI est resté membre de la section d’Allemagne de ce parti, jusqu’à son dernier souffle. Il a toujours travaillé dans l’organisation avec détermination et un sens profond de vérité et de respect de la dignité humaine.

Malheureusement PIPI ne verra pas le changement systémique se réaliser dans son pays natal, notre pays. Il s’en est allé ce 17 octobre, dans sa 51e année à Mönchengladbach en Allemagne, rejoignant ainsi tous ces matricules anonymes « Nés au Togo… morts en France, en Allemagne, au Canada, aux USA ou ailleurs », comme il le faisait remarquer dans un constat prémonitoire lors d’une réflexion sur la situation misérable que vivent nos compatriotes de la diaspora.

Sans jamais rien faire qui aille à l’encontre de ses convictions politiques profondes malgré sa maladie et toutes les tentatives de démobilisation dont il a été l’objet, PIPI n’a jamais demandé que ce qui lui est dû. Il a toujours gardé la tête haute, et le regard droit. C’est un mérite pour ce jeune homme qu’il était. C’est un mérite et un honneur aussi pour toute sa famille, pour tous ses proches et pour tous ses amis.

Un dernier mot pour conclure cette histoire de la vie de PIPI. Cette belle histoire est sans aucun doute, une INVITE à la génération actuelle et future de suivre son exemple. Un jeune homme grandement apprécié, dévoué, de grand talent, passionné et de contact facile, dont on peut garder le souvenir.

Nous perdons un grand ami et un militant. Mais nous devons faire en sorte que nous-mêmes, nos enfants, nos petits-enfants et toutes les générations actuelles, puissent répondre à cette invite, en prendre connaissance, pour en tirer des enseignements utiles.

Merci PIPI pour ton dévouement, ta droiture et ton engagement pour notre pays.

Nos larmes coulent mais nous avons un léger sourire quand nous arrêtons de pleurer réconfortés par toutes tes qualités, ta persévérance, ton combat. Nous devons continuer de lutter, d’espérer et de ne jamais renoncer.

Pipi notre frère, tu nous as montré l’exemple à chérir et à suivre, celui de l’humilité et surtout ton adhésion aux principes qui ont guidé notre lutte pour l’avènement d’un système démocratique de gouvernement dans notre pays, dans la sous-région et sur le continent.

Quel choc, pour ton départ si précipité PIPI ! Tu n’es pas mort. Tu es seulement parti ! La CDPA-BT te souhaite un bon voyage. Au revoir ! Que la terre te soit légère

A ta famille, à tes enfants, à tes petits-enfants, à ta mère et à tes proches amis nous présentons nos sincères condoléances.

Mönchengladbach (Allemagne), le 25 novembre 2022

 

CDPA-BT

Fédération d’Europe et du CANADA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *