APRES LES RESULTATS PROCLAMES DECLARATION N°1

Les présidentielles du 22 février 2020 sont à présent terminées. La Cour constitutionnelle vient d’entériner les résultats proclamés par la CENI. Rien de surprenant. Ce sont les habitudes de la maison. Dès avant ce verdict inacceptable de la Cour, la répression brutale s’est abattue une fois de plus sur le pays, pour empêcher la population d’exprimer son désaveu.

Les conditions de la transparence du scrutin n’étaient pas réunies. Tout le monde le savait bien longtemps avant le lancement du scrutin. Autrement dit, tout le monde savait ou sentait que le régime allait, une fois de plus, « voler la victoire » en 2020 aussi, comme il l’a fait dans le cas de toutes les présidentielles passées. Les prévisions se sont malheureusement révélées exactes. Une fois de plus.

La CDPA-BT n’a pas participé à la mascarade électorale du 22 février. En raison de leurs conditions d’organisation, elles n’ont en effet aucun sens pour l’opposition ; et n’ont aucun intérêt pour le pays. Il était évident qu’elles conduiraient seulement la population à accompagner une fois encore le régime dans sa détermination à continuer d’accaparer le pouvoir contre la volonté populaire pendant un nouveau mandat de cinq ans.

C’est pour ces raisons que la CDPA-BT avait, depuis le 1er décembre 2019 (cf. La CDPA-BT et les présidentielles de 2020, www.cdpa-bt.com), demandé à la masse des opposants de refuser d’aller voter et, ce faisant, de profiter de la campagne électorale pour faire un boycott actif.

Compte tenu de l’état d’ébullition dans laquelle se retrouve le pays depuis le 23 février, la CDPA-BT se réserve de tirer les leçons de cette nouvelle mascarade électorale aujourd’hui. Elle se propose de le faire quand le climat politique deviendra un peu plus serein sur le territoire et sur les réseaux sociaux.

En attendant, elle souligne, une fois de plus, la nécessité pour la masse des opposants d’accepter de se donner une nouvelle organisation, qui soit de nature à conférer plus de cohérence et plus d’efficacité à la lutte d’opposition, afin qu’il soit possible enfin d’abolir le régime despotique militaire, pour permettre d’instaurer un système politique démocratique dans le pays.

Lomé le 03 mars 2020.

Pour la CDPA-BT

Son Premier Secrétaire